Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le crash taste week-end de François !

François Cau, journaliste et critique pour So Film et Rue 89, se fait les dents dans cpasducinema. Aussi poilu que Chuck Norris, aussi espiègle que Leatherface et aussi sensible que Yamazaki Asami au terme d’une Audition, il vous délivrera chaque week-end son Crash Taste de films. Qui passe à la disqueuse ?

Vous pouvez également retrouver François Cau sur son blog.

Boyhood de Richard Linklater
Le refus de tout spectaculaire donne à cette épopée cinématographiquement épique une bonne partie de sa précieuse singularité, mais la condamne dans le même temps à une réception en demi-teinte. Ce grand petit film ne raconte au final pas grand chose, fonctionne surtout sur des scènes tellement génériques qu'elles ne peuvent que forcer ne serait-ce qu'une vague réminiscence complice chez le spectateur. Il est tout à fait normal de se reconnaître dans Boyhood, il est encore plus aisé de n'en rien retirer.

Balade entre les tombes de Scott Frank
De la douleur de voir des hordes de vacanciers se précipiter en salles obscures voir Taken 3, alors que ce polar noir de jais défonce à tous niveaux la dernière production écrite par le gros orteil gauche de Luc Besson. Du hard boiled désuet, certes, mais je n'échangerais jamais mon Liam Neeson avec un bouc contre trois barils de lessive.

The Man From Nowhere de Lee Jeong-beom
Il faut impérativement tenir jusqu'au bout de ce polar coréen a priori guère novateur pour se prendre en pleine tronche son déferlement de violence physique et morale, gorgé de cette hargne lyrique qui, parfois, donnerait presque l'impression que le cinéma de genre sud-coréen peut sortir du creux de sa propre vague.

Le Labyrinthe de Wes Ball
Mieux réalisé que le tout venant de ces satanés blockbusters pour jeunes adultes, ce produit n'en est pas moins totalement idiot. Du principe même au déploiement incessant de plusieurs gammes de clichés jusqu'au pathétique dénouement, rien ne tient debout. La suspension d'incrédulité morte pendue sur l'autel du cahier des charges.

Samba d'Eric Toledano et Olivier Nakache
Et sinon, que fait Tahar Rahim en ce moment ? Il danse dans des comédies populaires sympas et super bien pensantes. Dans ces moments-là, il oublie tout.

Zombeavers de Jordan Rubin
A un moment, pour sauver sa peau, l'un des personnages jette un pauvre toutou à la flotte, en pâture aux castors zombies. Voilà. Je viens de vous raconter la meilleure scène. Par pitié, ne téléchargez même pas cette chose, ce serait encore lui faire trop d'honneur.

 

Tag(s) : #crash taste

Partager cet article

Repost 0