Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(John Lasseter et Pete Docter en tête, l'équipe de Vice-Versa au Festival de Cannes...hors-compétition)

(John Lasseter et Pete Docter en tête, l'équipe de Vice-Versa au Festival de Cannes...hors-compétition)

Le Festival de Cannes, c’est en ce moment, celui d’Annecy se sera pour la mi-juin. Marcel Jean, délégué artistique du Festival du film d'animation, a répondu à une interview publié dans le Journal La croix, au sujet de la place du cinéma d’animation au sein du temple des festivals. Les réponses du québécois ont été assez cinglantes. Sur la question de la visibilité du cinéma d’animation à Cannes Marcel Jean : « s’étonne que plusieurs grands auteurs n'aient jamais trouvé leur place dans la sélection officielle de longs métrages. Heureusement, on a vu quelques films se frayer une place jusqu'en compétition (Persepolis ou Waltz with Bashir). Je ne suis pas de ceux qui prônent davantage de visibilité pour le cinéma d'animation parce que je ne vois pas de différence entre l'animation et les prises de vues réelles, je considère qu'on devrait considérer tous les films du même oeil. Est-ce le cas actuellement, voilà la question ».
 
(Marcel Jean, le délégué artistique du Festival d’Annecy)

(Marcel Jean, le délégué artistique du Festival d’Annecy)

Dans l’article de Stéphane Dreyfus, le journaliste explique que Gilles Jacob (ancien président du Festival de Cannes) : « trouvait bon que les films d’animation soient présents dans la sélection officielle car ils permettaient de détendre l'atmosphère ». Si Marcel Jean abonde en partie à cette déclaration : « Je suis évidemment d'accord sur le fait que les films de Pixar ou de Dreamworks sont de grands divertissements », le délégué artistique du Festival d’Annecy se montre aussi plus sarcastique : « J'ai vu Waltz with Bashir avec deux amis libanais qui n'étaient pas spécialement détendus à la fin de la projection ». Marcel Jean est aussi tranchant sur les loupés de Cannes dans la catégorie court-métrage : « Cannes a réussi à rater la plupart des grands courts métrages d'animation des dernières années…les meilleurs sont plutôt passés par la Semaine de la critique, qui pourtant présente moins de films. Voilà qui me semble plus révélateur ». Enfin à la question de savoir, s’il serait nécessaire de remettre à Cannes un prix pour le cinéma d’animation, Marcel Jean est une nouvelle fois catégorique : « Non, je ne crois pas à ce genre de choses. L'animation n'est ni un genre ni un format. C'est du cinéma, point à la ligne ».
 
Tag(s) : #Festival

Partager cet article

Repost 0