Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le crash taste week-end de François !

François Cau, journaliste et critique pour So Film, se fait les dents dans cpasducinema. Aussi poilu que Chuck Norris, aussi espiègle que Leatherface et aussi sensible que Yamazaki Asami au terme d’une Audition, il vous délivrera chaque week-end son Crash Taste de films. Qui passe à la disqueuse ?

Vice Versa de Pete Docter
Saisissant spectacle que celui de cette salle parisienne comble en première séance, quasiment exempte de jeunes spectateurs, qui se met à sangloter au même moment clé. En dépit d'une direction artistique frôlant la laideur repoussoir en de nombreuses occasions, de gimmicks anthropomorphiques poussés aux tréfonds de l'absurde théorique, le studio Pixar reste le dernier bastion d'un divertissement noble osant parler aux enfants comme à des adultes... et vice versa.

Spy de Paul Feig
Rien que pour la performance de Melissa McCarthy et l'écriture de son personnage, saine respiration d'un Hollywood de plus en plus rétrograde dans sa représentation des femmes, cette comédie d'espionnage poussive face à la concurrence mérite d'être considérée avec mansuétude.

Lost River de Ryan Gosling
En pleine James Franco-isation galopante, Ryan Gosling se paie un chef op' du feu de dieu (all hail Benoît Debie) et un casting à l'avenant pour ne raconter absolument rien. Mais alors, rien du tout. C'en serait presque impressionnant, au bout du compte.

Poltergeist de Gil Kenan
Remake générique de film d'horreur que personne n'avait réellement envie de voir, en fait, numéro 98.

Unfriended de Levan Gabriadze
Vivement le remake en 2050. Si tant est que l'humanité existe encore et que son goût suive la même pente descendante, bien sûr.

Un moment d'égarement de Jean-François Richet
S'il fallait psychanalyser le cinéma français de 2015, voilà un patient de choix. Thomas Langmann produit le remake d'un film mineur de son père sur une liaison intergénérationnelle, Jean-François Richet tourne le dos, baisse son pantalon et pisse sur ses débuts d'auteur marxiste en réalisant le pire film de beauf de l'année, Lisa Azuelos coscénarise un script effroyablement misogyne à l'issue duquel, en définitive, tout est pardonné. Prochaine étape logique, un remake du Lune Froide de Patrick Bouchitey où la nécrophilie deviendrait enfin matière à LOL.

 

Tag(s) : #crash taste

Partager cet article

Repost 0