Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le crash taste week-end de François !

François Cau, journaliste et critique pour So Film, se fait une manucure dans cpasducinema. Aussi cocasse que Kev Adams, coquin comme Linda Lovelace et trognon comme un Ewok, il nous livre chaque week-end son Crash Taste de films. Qui reveut un chamallow à la guimauve ?

X-Files saison 10
Le plus triste reste encore de voir à quel point les épisodes signés Chris Carter sont les pires de cette nouvelle livraison, d'aussi loin que le cœur pourrait l'autoriser sans trahir celui qu'on a été 15 ans plus tôt. La deuxième moitié du troisième épisode fera rire le fan inconsolable de Flight of the Conchords. C'est tout, mais vu l'époque et la qualité ambiante des reboots pas si attendus que ça, en fait, c'est déjà pas mal.

Deadpool de Tim Miller
La subversion ne consiste pas uniquement à torpiller un produit lambda de punchlines plus graveleuses que la normale. Encore eut-il fallu tordre le storytelling générique des présentations de super héros et proposer une vraie alternative. Cela dit, sur le principe de l'horloge cassée donnant l'heure juste deux fois par jour, quelques gags font mouche et le message post-générique, incitant les spectateurs à ramasser leurs détritus, me donne envie de faire un gros câlin à Ryan Reynolds sous son peignoir.

The Eichmann Show de Paul Andrew Williams
Alors, Paul Andrew Williams, on laisse tomber le film de genre ? On se promène du côté de la respectabilité, du gros sujet en semi huis-clos avec des acteurs qui se la donnent ? On construit du suspense sur des motivations mal définies et du coup un peu chelou lors du climax final ? Je dis climax, je suis gentil, tu noteras.

Free love de Peter Sollett
Cette sensation étrange et pas forcément super pénétrante de regarder un téléfilm deux fois trop long avec un casting complètement disproportionné.

Demain de Mélanie Laurent et un autre mec
Avant Mélanie Laurent, muse de Louis Bertignac vint une Mélanie Laurent bien plus importante pour l'humanité : Mélanie Laurent, une actrice pour l'environnement. Cette Mélanie Laurent ci pouvait changer le monde, ou tout du moins prêcher des convertis en proportion raisonnable dans les villes de gauche. Et ce fut beau, chaque spectateur sortit avec l'intime conviction que grâce à Mélanie Laurent, tout allait changer. Puis ils rentraient chez eux, avec quelque chose comme la satisfaction du devoir citoyen accompli. Il était finalement logique que Mélanie Laurent remporte le César du meilleur documentaire, même si tous les autres nommés étaient de bien meilleure qualité.

 

Tag(s) : #crash taste

Partager cet article

Repost 0