Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le crash taste week-end de François !

François Cau, journaliste et critique pour So Film, se fait une manucure dans cpasducinema. Aussi cocasse que Kev Adams, coquin comme Linda Lovelace et trognon comme un Ewok, il nous livre chaque week-end son Crash Taste de films. Qui reveut un chamallow à la guimauve ?

El Clan de Pablo Trapero
Un jour, vous rattraperez toute la filmographie de ce discret génie argentin, vous mettrez les mains sur les hanches d'un air concerné en vous demandant pourquoi cet homme n'a pas été reconnu à sa juste valeur, vous ferez deux trois recherches sur le web pour réaliser qu'en fait, toute votre vie, vous avez suivi les mauvais sites de cinéma. S'ensuivra une courte période de tristesse et d'abattement, énième occasion pour ressortir vos compilations d'eurodance qui mettent tout le monde mal à l'aise quand vous les passez en soirée.

Ave Cesar des frères Coen
Lorsqu'il s'extraie de ses multiples tentatives de muséification, cohérentes avec l'intrigue mais trop conséquentes pour ne pas virer à la complaisance, ce Coen mineur vaut toujours mieux que 95% de la production hollywoodienne. Pour preuve, il contient trois scènes de dialogues parmi les cinq plus jubilatoires de l'année, la photo est phénoménale, le travail sur la composition de l'image atteint des cîmes inconnues de perfection, en adéquation troublante avec son sujet. Libre à vous de faire la fine bouche, libre à moi de vous considérer comme des enfants gâtés.

Parker Lewis ne perd jamais saison 1
Contre toute attente des bookmakers du cynisme ambiant, la vraie adaptation en série de La Folle Journée de Ferris Bueller tient toujours la route vingt ans après sa confection. Bien sûr, les chemises du héros et les codes jeunistes du futur du passé agressent un tantinet, mais d'une, la mise en scène n'a pas autant vieilli que prévu, et de deux, le bon esprit de cette célébration permanente et étonnamment mature de la singularité procure un réconfort rassurant.

Steve Jobs de Danny Boyle
Et Danny Boyle parvint à rendre l'écriture de Aaron Sorkin encore plus froidement théorique.

Les Naufragés de David Charhon
Comment se fait-il que non seulement le réalisateur de Cyprien bosse encore, mais qu'en plus, on lui confie des budgets colossaux à l'échelle de la comédie telle qu'elle se pratique dans l'Hexagone depuis sa décomplexion générale ? Les Français veulent savoir. Non, en fait, les Français s'en foutent.

Amis publics de Edouard Pluvieux
À peine deux ans de succès et voilà le petit Adams du peuple déjà à l'affiche d'un projet plus perso, plus fragile #TchaoPantinLesGros. Le ratage s'avère d'une telle ampleur, le script d'une telle imbécilité dans son racolage aux bons sentiments que la tête de turc privilégiée du bon goût susciterait presque la pitié. Presque. Laissons-le vieillir d'une dizaine d'années, ce nanar devrait gagner en goût.

 

Tag(s) : #crash taste

Partager cet article

Repost 0