Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le crash taste week-end de François !

François Cau, journaliste et critique pour So Film, se fait une manucure dans cpasducinema. Aussi cocasse que Kev Adams, coquin comme Linda Lovelace et trognon comme un Ewok, il nous livre chaque week-end son Crash Taste de films. Qui reveut un chamallow à la guimauve ?

La Chute de Londres de Babak Najafi
Pourquoi mettre ce film si haut dans le classement de la semaine ? Tellement de raisons, si peu de temps sur cette Terre. Dans l'ordre :
    ⁃    Cette générosité inouïe dans la scène d'attaque centrale,
    ⁃    La larme de Angela Bassett dans l'hélicoptère juste avant l'impact d'un missile,
    ⁃    Ce dialogue en forme de note d'intention à mi-parcours, après que le héros ait égorgé un motherfucking terroriste : « C'était nécessaire ? » / « Non. »
    ⁃    Jack Bauer me manque tellement.

Hannibal saison 3
Je prends le pari : d'ici cinq à dix ans, la moitié des partis pris esthétiques de cette série ne fonctionnera plus. Sérieusement, il faudrait prendre toutes les scènes abstraites où des objets tombent sur le sol en extrême ralenti, et les monter sur le morceau Threw it on the ground de The Lonely Island. Ce serait super. Et une fois que ce serait fait, ne resterait plus à admettre qu'en dehors de ces scories, le travail d'adaptation mené tout du long de ce show exigeant reste l'un des plus passionnants jamais opérés à la télévision américaine.

Zootopie de Byron Howard et Rich Moore
Et soudain, Disney dépasse Pixar sur sa gauche après une loooooooooongue période d'hibernation. Une animation fluide au service d'une direction artistique sensiblement moins à vomir que les productions Dreamworks, un scénario plutôt fûté dans son absence de didactisme, un univers riche en possibilités narratives plutôt bien exploitées, et une tentative de réhabilitation de Shakira, parce qu'il faut bien que le film pêche quelque part.

The Revenant de Alejandro Gonzalez Inarritu
Dans la deuxième moitié des années 2010, de grands récits virent des héros mutiques aller d'un point A à un point B, avant de revenir en arrière à cause de Tom Hardy. En cas de malchance et de prétention mal placée, ça durait plus de deux heures.

Le Trésor de Corneliu Porumboiu
Tu avais déjà fait le coup dans Policier, Adjectif, Corneliu. Une lenteur à se pendre avec des bouts de peau soigneusement arrachés au fil de la projection et assemblés pendant ce qui semble être la sixième heure de film, avant qu'une scène géniale ne fasse regretter ses acrimonies d'il y a à peine trois minutes. Salaud ! Ordure ! Comme si ça ne te suffisait pas, il te fallait à présent saupoudrer la pertinence encore plus chichement. Ça ne prend pas, Corneliu. Ton génie est trop pingre.

The Experimenter de Michael Almereyda
Outre le cas d'école pas particulièrement intéressant d'un sujet passionnant traité n'importe comment, le plus grand mystère demeure de savoir comment ce film oubliable en deux jours est parvenu jusque dans nos salles si belles, si douces au toucher, HMMMMMM OUI LAISSE-MOI NETTOYER TA MOQUETTE ENTRE DEUX SEANCES DE WARCRAFT pardon, je m'étais endormi rien que d'y repenser.  

 

Tag(s) : #crash taste

Partager cet article

Repost 0